«

»

Plan de secours de Tepco pour Fukushima

Tepco a présenté un plan pour Fukushima

 
C’est le 17 avril que Tepco, l’opérateur de la centrale atomique de Fukushima, a présenté un plan décrivant dans les grandes lignes les mesures de stabilisation de la centrale.

Ce plan, bien que très imprécis, vu le contexte, a tout de même le mérite de présenter la marche à suivre et de préciser certains points forts.

D’ici à trois mois, Tepco prévoit d’achever les mesures d’urgence.

Ce qui est prévu dans un premier temps est la mise en place d’un système de refroidissement stable pour les réacteurs et les piscines de stockage du combustible usé. Cette étape essentielle permettra alors d’envisager un arrêt à froid des installations.

Une autre mesure de première urgence, prévue, est l’injection d’azote qui permettra d’empêcher de nouvelles explosions d’hydrogène qui pourraient se produire dans les enceintes de confinement.

L’opérateur va également vérifier l’étanchéité de la cuve du deuxième réacteur, consolider la piscine de stockage du quatrième réacteur.

Autre priorité, c’est de limiter la dispersion de la radioactivité. Il sera donc créé des lieux de stockage pour les milliers de mètres cubes d’eau hautement contaminée. Il sera également répandu de la résine pour fixer au sol les particules radioactives.

Pour ce qui est du pompage de l’eau, Tepco a annoncé le 19 avril qu’il allait en évacuer 10.000 mètres cubes sur les 25.000 qui sont dans le deuxième réacteur. Cette opération devrait prendre 26 jours.

 

Assurer la stabilisation des réacteurs d’ici six à neuf mois

 
Après ces mesures d’urgence réalisées, Tepco pense maintenir les réacteurs en arrêt à froid. Ce maintien, indispensable à la stabilisation de la situation, dépend avant tout de la mise en place d’un circuit de refroidissement fiable.

La lutte contre la dispersion des éléments radioactifs devrait s’intensifier par le traitement de l’eau contaminée et stockée ainsi que par la couverture des trois réacteurs accidentés.

Pour le traitement de l’eau, c’est le groupe français Areva, qui a été retenu pour réaliser l’opération. Anne Lauvergeon, présidente du groupe a annoncé mardi 19 avril que "Nous allons injecter des produits chimiques dans l’eau contaminée et cette technologie doit permettre aux substances radioactives de se déposer au fond" (AFP). L’eau sera alors plus faiblement radioactive et pourrait servir au refroidissement des installations endommagées.

Une fois ces procédures d’urgence réalisée, Tepco pense débuter la décontamination des zones situées autour de la centrale et, à plus long terme démanteler la centrale.

 

Le démantèlement de la centrale de Fukushima

 

Le dernier élément du plan présenté par l’opérateur est le démantèlement de la centrale.

La première étape consistera à retirer l’ensemble du combustible présent sur le site, dans les réacteurs et dans les piscines de refroidissement.

Tepco, envisage également la création d’une usine de décontamination de l’eau radioactive qui prendra le relais d’Areva qui ne gérera que l’urgence.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>


Ce blog est dofollow ! 

Positions by Seo-WatcherBoosté par WP-Avalanche