Produits laitiers, amis ou ennemis pour la vie?

Le lait animal à l’exception du lait maternel n’est pas si incontournable qu’on voudrait nous le faire croire, car se cache derrière des intérêts commerciaux énormes.

Les peuples d’Extrême-Orient, les Indiens d’Amérique ainsi que les noirs d’Afrique équatoriale (sauf les Massaï), qui n’ont jamais élevé d’animaux pour leur lait, représentent environ 60% de la population mondiale. Ils ne boivent pas de lait et ne mangent pas de produits dérivés du lait. Cela vous paraît sans doute incroyable, n’est-ce-pas ?

Et si c’était nos consommations exagérées de produit laitiers qui était anormales ?

Pourquoi consommons-nous cet aliment qui ne nous est pas adapté ?

Certains naturopathes et aussi certains médecins tirent le signal d’alarme depuis des années. Certains médecins le traitent même carrément de poison.

Alors ? Voici la question : En consommer ou pas ? Telle est le sujet de ces quelques lignes.

Et si vous souffrez de troubles digestifs, de diarrhées, flatulences, gonflements, colite, de troubles de la peau (plaques, boutons), infections à répétition, maladies auto-immunes, certains cancer (prostate, sein) de troubles inflammatoires, de cataracte, d’arthrite, d’arthrose, d’allergies, d’asthme, d’eczéma, de troubles ORL, cet article est fait pour vous.

1 – Qu’y a-t-il de bon dans le lait ?

Malheureusement, pas grand chose. Ses éléments majeurs ( protéines, lipides, glucides ) ne sont pas très recommandables.

Ce n’est pas une si bonne source de calcium que ça ( il y en a bien d’autres ), et les « gros désavantages » sont trop importants, pour le consommer dans le but d’absorber du calcium qui peut facilement être trouvé ailleurs.

En dehors de sa composition nutritionnelle, il faut envisager son environnement. Le lait est un aliment destiné à un enfant pour mener à bien sa croissance. Pour cela, il renferme des hormones naturelles. Oui! Mais… À condition qu’elles correspondent à l’espèce concernée. Or, jusqu’à preuve du contraire, nous ne sommes pas des veaux, et ces hormones sont soupçonnées de nous faire croître plus vite, mais pas les os ni les muscles, ni encore moins l’intelligence. En fait, ces facteurs de croissance accélèrent surtout la fabrication de masse grasse et participent, de ce fait, à l’épidémie mondiale d’obésité qui est particulièrement observable dans les pays consommateurs de produits laitiers.

Bon, le lait n’est pas responsable à lui seul du surpoids, mais sa surconsommation y participe d’autant plus lorsqu’il est complété par du sucre dans les spécialités laitières du commerce.

Alors, qu’y a-t-il de bon dans le lait ? Des acides aminés rendraient plus calme. Ceux-ci peuvent être aussi trouvés dans certains compléments alimentaires qui, eux, ne présentent pas les inconvénients du lait. Ce que nous allons voir plus loin.

2 – Et l’allergie au lait de vache ? Vrai ou faux ?

C’est vrai et c’est même l’une des plus courantes. 5 % de la population, pour les enfants ce pourcentage monte à 10 %.

Elle est due aux protéines du lait et principalement à la caséine qui provoque diarrhées et vomissements, essentiellement chez les bébés.

Chez les personnes non allergiques, la caséine empêche une bonne digestion. Cependant il y a 40 % (quand même) de gens dits intolérants au lait. En fait, elles ne le supportent pas bien, mais avec des réactions moins flagrantes et donc passant inaperçues, ce qui n’empêche pas un affaiblissement général de l’organisme qui se fatigue inutilement à sa tâche de digestion. En fait, ces personnes sont intolérantes au sucre naturel du lait, le lactose.

Ce problème très répandu apparaît car nombre d’adultes n’ont plus de lactase cet enzyme qui permet de digérer le lactose (la plupart des enfants fabriquent cet enzyme jusqu’à l’âge d’environ 3 ans). Ce trouble lorsqu’il devient chronique finit par causer de véritables problèmes.

3 – Les symptômes d’une intolérance au lactose ?

Diarrhées, flatulences, gonflements, colite, problèmes de peau (plaques, eczéma, boutons…), infections à répétition, allergies, maladies auto-immunes, voire peut-être certains cancers (prostate, sein notamment) et mal assimilation des nutriments importants qui sont présents dans d’autres aliments.

Il est, et c’est dommage, rare que la personne (voir même le médecin consulté) pense à faire ce rapprochement.

Si vous souffrez de maux chroniques et que vous consommez du lait ou des produits laitiers (même écrémés ! Car contrairement aux idées reçues, ils sont encore moins bien tolérés!), supprimez-les totalement pendant une quinzaine de jours. Si vous vous sentez mieux, tirez-en les conséquences.

En fait, tout le monde devrait faire ce test, même si vous vous sentez en forme, vous devriez. Votre seul risque étant que vous vous sentiez encore mieux.

4 – Et le lait bio est-ce moins mal ou même mieux ?

Étant mieux nourries les vaches « bios » font un lait qui est de meilleures qualité, certes. Il est, en effet exempt (en principe) de pesticides, d’OGM, d’hormones, d’antibiotiques. Mais ce lait est lui aussi, destiné à leurs petits veaux et cela n’en fait pas un aliment adapté à nos besoins.

5 – Le yaourt est-il meilleur pour la santé ?

Il est moins indigeste. Il n’est pourtant pas une meilleure source de calcium ! En effet, ce calcium est peu ou pas assimilable par les êtres humains. Pourquoi ? Tout simplement parce que le lactose disparaît lors de la fermentation. Or son seul avantage était d’aider à l’assimilation du calcium.

Le seul avantage du yaourt est qu’il nourrit la flore intestinale qui est donc ainsi plus active. Les bactéries du yaourt (probiotiques) aident à lutter contre les mycoses, gastroentérites, mauvaise digestion, ballonnement, etc. Pensez que plus on se rapproche de la date limite de consommation, moins il y a de bonnes bactéries dans le pot.

6 – Et le fromage, que faut-il en penser ?

Les laits de chèvre et de brebis se rapprochent plus du lait de femme et donc les fromages fabriqués avec ces laits sont mieux pour la santé que ceux avec du lait de vache.

L’intérêt principal du fromage se trouve dans les enzymes digestives (lipases, protéases, amylases) qu’il contient, et qui facilitent la digestion du repas dans son ensemble. Plus un produit est « brut », plus le circuit de distribution est «court», plus il en apporte.

Les fromages pasteurisé ne contiennent pas de probiotiques alors que le fromage au lait cru oui. Il est donc préférable de consommer du fromage au lait cru!

Les industriels, bien sûr, proposent des produits pasteurisés car la date limite de consommation est plus éloignée.

En dehors des femmes enceintes qui doivent rester très prudentes, aucune étude ne permet de dire que le lait cru est responsable de plus de cas de listériose que les produits pasteurisés.

Au moins, les fromages au lait cru apportent des micro-organismes «équilibrés» et salutaires, en quantité d’autant plus importante qu’ils sont consommés rapidement. Mais là, des fromages au lait bio sont de rigueur. À l’extrême opposé, les « spécialités laitières » insipides, avec nombreux additifs sont à exclure sans pitié.

Les fromages sont toujours trop riche en sel aussi faut-il en tenir compte. Le calcium du fromage, comme pour le lait, est particulièrement mal absorbé.

7 – Alors comment avoir des os de qualité, sans consommer de lait ?

Est-ce que le lait est indispensable ? Le calcium, on le trouve dans de nombreux aliments desquels il est absorbé de la même façon mais aussi d’autres desquels il est bien mieux absorbé.

Principalement parce que, pour être correctement métabolisé, il doit toujours être accompagné de moitié moins de phosphore. Or, dans le lait il y en a deux fois trop, ce qui non seulement réduit l’absorption du calcium, mais en plus bloque celle du magnésium, véritable « gardien » du calcium. Pour parfaire le tableau, le lait tout comme la viande est un aliment «acidifiants», et par conséquent, ils déminéralisent l’os (notamment en lui arrachant du calcium). Quel comble n’est-ce-pas!

Alors, où trouver le calcium ?

Eh bien le calcium se trouve aussi dans certains produits animaux mais aussi végétaux, contrairement à ce qu’on essaye de nous faire croire depuis des années.

Parmi les sources intéressantes de calcium, on peut citer :

  • les amandes ( et produits dérivés : lait d’amande… ) ;
  • les sardines en boîte entières avec leurs arêtes ;
  • la famille des crucifères ( toutes les espèces de choux, les brocolis ) ;
  • certaines algues ;
  • les graines de sésame ;
  • les crustacés ( surtout crevettes ) ;
  • le riz complet bio (une simple cuillère à soupe apporte beaucoup plus de calcium effectivement assimilé qu’un grand verre de lait) ;
  • etc…

Bon, il ne faut pas oublier de pratiquer une activité physique tout au long de la vie (et surtout à l’adolescence). Car ceci est, au moins, aussi important que la consommation de calcium (voir plus).

La vitamine D est, elle aussi, très importante dans la qualité de l’os. Les fruits, les légumes doivent être consommés suffisamment pour la qualité du squelette.

Par contre, ce qui devra être réduit sera : l’alcool, le café et le tabac.

Le Pr Joyeux, éminent cancérologue, nous rappelle que les Japonaises ne boivent pas une goutte de lait et ne connaissent quasiment pas l’ostéoporose, alors que les Scandinaves qui en consomment de grosses quantités sont les recordmans du monde de l’ostéoporose.

8 – Le thé ou le café mélangé au lait ?

Les Anglais sont parmi les plus grands consommateurs de thé. Par contre, ils ne profitent pas de ses bienfaits car ils y ajoutent du lait. Le lait se mélange alors aux tanins et empêche leur action bénéfique. C’est regrettable car les tanins protègeraient leur santé. Pour parfaire le tableau le lait rend la théine indigeste.

Donc thé et lait à bannir.

Pour ce qui est du café mélangé avec du lait, ce mélange représente un poison pour le foie et qu’il faut mieux éviter.

9 – Et les graisses du lait ?

Elles sont dans leur majorité des graisses saturées qui sont néfastes pour le coeur et pour le poids.

Une solution pourrait venir à l’esprit. Si le gras du lait entier est mauvais, pourquoi ne pas prendre du lait écrémé ?

Eh bien NON ! Mauvaise solution car le lait écrémé ne contient plus de vitamines (or c’était le seul vague intérêt du lait).

10 – Les vitamines du lait ?

Les vitamines du lait n’ont rien d’extraordinaire.

Il apporte de la vitamine A, peu de D et des vitamines du groupe B ( B2, B6 et B12 ), la B12 est importante pour les végétariens car peu présente dans les végétaux.

Mais tout ceci est à minimiser car les traitements thermiques (UHT) subis par les laits en général (sauf le lait cru, bien sûr), les détruisent.

Ces traitements (UHT) s’étaient avérés nécessaires car le lait à une époque était vecteur de tuberculose.

11 – Les laits enrichis ?

Les industriels à ce niveau ne manque pas d’imagination ! Avec des fibres, avec vitamines et minéraux, à teneur réduite en lactose, enrichis en oméga 3, etc.

Tous ces additifs plus ou moins chimiques (et surtout toxiques) n’apportent, bien sûr, aucun avantage si ce n’est marketing. Et le produit en définitive restent tout de même du lait avec tous ses désavantages sur la santé!

12 – Finalement le lait, en consommer ou pas ?

Le mieux est, bien entendu, et compte tenu de ce qui vient d’être dit, de s’en passer. Cet aliment n’a strictement rien d’indispensable.

Maintenant, si vous aimez vraiment, ne vous frustrez pas et limitez-vous à un seul produit laitier par jour et de préférence portez votre choix sur un yaourt.

13 – Quand doit-on stopper la consommation de lait ?

Si vous souffrez de troubles digestifs, cutanés ou inflammatoires récurrents, évitez le lait pendant quelques temps: votre état a des grandes chances de s’améliorer de façon spectaculaire.

Voici quelques pathologies qui nécessitent l’arrêt total des produits laitiers (au moins de façon temporaire):

La cataracte : Bien que le soleil ait sa part de responsabilité dans le déclenchement de la cataracte, certains facteurs sont également très nocifs. Ainsi, le lactitol (un sucre présent dans le lait) attire fortement l’eau. Lorsque ces substances s’installent dans l’œil, elles finissent par le faire « craquer » sous l’afflux hydrique, ce qui provoque une cataracte précoce. Certains médecins estiment qu’il ne faudrait pas consommer du tout de lait, surtout si vous avez déjà un début de cataracte.

L’arthrite, l’arthrose : Les protéines animales génèrent des substances qui peuvent provoquer des douleurs articulaires. Celles du lait ne font pas exception à la règle. Il en va de même de toutes les graisses saturées. Elles sont présentes dans le lait et le fromage. La consommation de ce type de graisses fait que le corps produit des prostaglandines, des substances inflammatoires.

L’asthme, les allergies (eczéma compris) : Tout produit laitier aggrave souvent les réactions allergiques, surtout ORL. Évitez-les, surtout lors des périodes de crise.

14 – À lire, pour en savoir plus :

* Et si vous étiez allergique ? Dr Sambian-Noël, Éditions Jouvence
* Devenir végétarien, collection « Les éditions de l’homme »
* Détox anti-âge, Dr Lamboley, Éditions Marabout
* Le lait, une sacrée vacherie ? Dr Le Berre, Éditions Équilibres aujourd’hui
* Sans œufs ni lait, Valérie Cupillard, Éditions la Plage
* Soyons moins lait, Dr Le Berre, Hervé Queinnec, Éditions Terre Vivante

(1 commentaire)

  1. Sébastien

    C’est super que de plus en plus de site web citent les méfaits du lait !

    Et encore, cet article est gentil, il ne parle pas des risques de diabètes, des risques de maladies cardiaques etc.

    J’ai écris un article beaucoup moins gentil 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>


Ce blog est dofollow ! 

Positions by Seo-WatcherBoosté par WP-Avalanche