«

»

Implants mammaires PIP

Le décès d’une femme implantée mammaire

 
Edwige Ligoneche est décédée à 53 ans des suites d’un lymphome. Celui-ci serait la conséquence du port d’un implant PIP mammaire qui s’est rompu.

Voyez le témoignage, à ce sujet, de la soeur de la victime qui a décidé de porter plainte :

Les prothèse PIP présentent plusieurs "anomalies" avec entre autres des ruptures supérieures à celles des autres fabricants. Le gel renfermé par les prothèses ne serait pas un gel médical mais industriel et un suintement de ce gel à travers son enveloppe aurait été observé.

Suite à ces évènements, l’AFSSAPS fait des recommendations aux porteuses de prothèses PIP :

  • Consulter votre médecin ou chirurgien pour bénéficier d’examens.
  • toute rupture, suspicion de rupture ou de suintement d’une prothèse doit conduire à son explantation, ainsi qu’à celle de la seconde prothèse.
  • les  patientes discuteront avec leur chirurgien de l’explantation préventive de cette prothèse même sans signe clinique de détérioration de l’implant.

Pour répondre aux interrogations, bien légitimes, du public l’Agence Française de la Sécurité Sanitaire de Produits de Santé (AFSSAPS) a décidé de mettre en service un numéro vert : 0800 636 636. Ce numéro est opérationnel du lundi au samedi de 9 heures à 19 heures.

 

 

 

(4 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Célia

    Malheureusement, les prothèses mammaires ne sont pas les seules à faire « scandale ».
    Une seule façon de se défendre et de propager le problème c’est de porter plainte à la Gendarmerie. Le Procureur de la République est seul habilité à « défendre » le citoyen et à faire des investigations.

    Je suis intoxiquée par une prothèse de hanche métal/métal cobalt-chrome. (Co: 11,80 µg/L et 7,80 µg/L de sang). Depuis mon implantation en 2004, ma santé a décliné. En mai 2004, une douleur atroce à l’aine m’a amenée à contacter mon chirurgien. Il a ordonné une analyse toxicologique Co et Cr. (je croyais avoir une prothèse en titane…) qui s’est révélée positive. « C’est une allergie ».
    Devant ce déni, j’ai consulté une allergologue et une médecin interniste « indépendants » : vous êtes intoxiquée.
    J’ai voulu

    1. Célia

      Je n’avais pas fini mon commentaire …

      1. Jean-Paul Beauquai

        Bonjour Célia,
        Vous pouvez terminer votre commentaire qui est très intéressant et que nous attendons donc avec impatience…

  2. Célia

    J’ai voulu…. (je ne sais plus ce que je voulais dire), mais je continue.
    J’ai eu toutes les peines du monde à obtenir mon dossier médical. Sans l’aide de mon médecin je serais encore en train de l’attendre…malgré les lettres recommandées avec AR;
    Surprise : le fabricant CENTERPULSE-ZIMMER avait une histoire (merci INTERNET) : CENTERPULSE a été obligé de vendre car un procès pour « prothèses défectueuses » l’a obligé à indemniser 30 000 patients pour 1 million de dollars en 2003; un journaliste citait que ZIMMER avait fait une OPA « non agressive » et même amicale » en rachetant CENTERPULSE; celui-ci est entré pour 25 % du capital après rachat…
    Pourquoi d’après vous ? Il suffit d’aller visiter l’Association des Fabricants Importateurs Distributeurs Européens d’Implant Orthopédiques et Traumatologiques (AFIDE0) pour comprendre : ils savent depuis Peut-être que CENTERPULSE a menacé ZIMMER de « tout révéler »!!!
    De plus, j’ai découvert que ZIMMER, a été épinglé par le fisc américain pour avoir fraudé : il payait des « stages de formation » aux chirurgiens, liés au fabricant par un « contrat d’exclusivité ». Comme, vous le savez, les publications scientifiques appartiennent à celui qui « paye ». Le Système est bien verrouillé.
    Comment voulez-vous que des publications critiques aient vu le jour. Mon chirurgien m’a même mise au défi d’en trouver…
    J’ai donc pioché dans les thèses de doctorants qui sont sorties en Biologie, Physique corpusculaire et autres disciplines . Ex : Geoffroy GUIBERT et d’autres….
    J’en profite pour signaler que si MAYA l’Abeille est en perdition, c’est à cause de cet état de fait : la toxicologie des pesticides comme le LASSO de MONSANTO a été faite par des chercheurs d’Université ou du CNRS. Elle est positive, mais ils ont un mal de chien à faire publier les résultats. Les résultats peuvent être mis à la trappe; Pourtant c’est avec nos impôts que nous payons ces chercheurs.

    Voila où nous en sommes : les Universités sont pauvres et doivent accepter n’importe quoi, sans avoir l’assurance que leurs études seront publiées au grand jour…

    Qui a dit MISERE, MISERE…. ah oui, c’est Coluche. Il nous manque bien celui-là.
    Voilà, c’est terminé pour aujourd’hui

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>


Ce blog est dofollow ! 

Positions by Seo-WatcherBoosté par WP-Avalanche